Je ne ferai pas dans l’originalité en vous parlant sport alors qu’il foisonne déjà de nombreux articles sur la toile. Néanmoins, j’avais envie de vous parler de mon parcours et rapport avec le sport. Je dirai que le sport et moi avons un rapport relativement sain. Il ne m’a jamais rebutée, bien au contraire. J’ai toujours été très à l’aise avec la pratique du sport dès le collège. J’avais toutefois des disciplines qui m’inspiraient plus que d’autres : la gymnastique, le football et la course, entre autres.

Rééquilibrage alimentaire en premier lieu

Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : le rééquilibrage alimentaire est le meilleur moyen à long terme pour perdre ses kilos en trop.  Pas de régime car je déteste avoir à me priver pour perdre du poids. J’ai dû essayer deux-trois fois mais ça n’a jamais vraiment fonctionné. Je me disais qu’il fallait absolument que j’arrête les féculents et que je réduise la quantité de façon drastique. Comme vous pouvez vous l’imaginez, ça n’a jamais duré plus d’une semaine. Ça me rendait vulnérable, nerveuse, aigrie. J’ai donc dit stop ! Je ne vais pas aller envers et contre ma nature gourmande. Je savais donc qu’il fallait simplement que j’apprenne à mieux manger si je voulais perdre du poids.

Mes conseils pour perdre du poids

  1. Arrêter de grignoter
  2. Réduire sa consommation de sucre : éviter le pain blanc, les plats préparés
  3. Manger plus de fibres, plus de légumes, moins de viande
  4. Boire beaucoup d’eau (entre 1L et 1.5L)
  5. Passer à table avant 19h30
  6. Ne surtout pas se précipiter car la perte de poids est un long processus !

J’ai toujours été une femme très gourmande. Je ne mangeais pas nécessairement beaucoup mais je grignotais énormément : barre chocolatée vers 11h ; gâteaux à 16h; chips à 18h en rentrant des cours ; plats bien en sauce de ma mère à 20h. Voilà, plus ou moins ma routine quotidienne. Pendant mes deux dernières années de Master, j’ai mangé en excès. À la fin de mon stage de fin d’études, je me suis aperçue que j’avais grossi et que j’avais atteint les 84 kg pour 1.67 m. Toutefois, compte tenu de ma morphologie et de mon ossature, on ne les percevait pas. Je vous avoue que j’ai la chance de ne pas avoir le corps flasque, malgré les kilos superflus. Histoire de génétique, peut-être. L’harmonie était présente même si j’avais pris dans les joues, les cuisses et les fesses. Seul mon ventre a résisté.

Ces nouvelles habitudes alimentaires font désormais partie de ma routine et mon corps s’y est habitué. Je ne grignote plus et ça, c’est génial ! Quand j’ai envie de me faire plaisir, je le fais sans aucun regret. Simplement, lendemain, je compense.

Pratique régulière du sport sous toutes ses formes

Mon alimentation a donc changé et j’ai fini par intégrer le sport dans mon hygiène de vie. Il faut que vous sachiez que je n’ai jamais été réfractaire au sport, au contraire. J’en faisais beaucoup plus jeune : gymnastique en club, football avec les amis de mon grand frère, chasse-à-l’homme, gamelle etc. Pendant mon rééquilibrage alimentaire, j’ai commencé tout doucement par pratiquer la zumba. C’était un bon compromis entre la danse et le sport. J’en faisais deux/trois fois par semaine. Grâce à ça, ma condition physique s’est considérablement améliorée. Peu de temps après, je me suis mise à la course à pied.

Pourquoi ? Parce que j’avais ce besoin viscéral de rendre mon corps plus tonique. Je ne voulais en aucun cas, perdre du poids mais simplement affiner ma silhouette et développer mes muscles. D’ailleurs, pendant ces longs mois où j’ai pratiqué la course à pied, je n’ai pas beaucoup pas maigri. Mon poids est resté sensiblement le même mais ma silhouette a clairement changé: j’ai perdu des fesses mais elles sont désormais plus musclées tout comme mes cuisses, d’ailleurs. Mes bras se sont affinés, mon ventre est moins large etc.

Outre ces bienfaits physiques, la course à pied m’a procuré un bien-être immense. Lorsque je cours, j’évacue tout le stress de la journée. Je ne pense plus à rien. Je fais le vide dans ma tête et profite des paysages qui m’entourent. En somme, je m’aére l’esprit. J’aime quand je parviens à réguler mon souffle, à améliorer ma foulée et à parler avec mes camarades de course. Un kiffe total. Bien évidemment, en milieu de parcours, il m’arrive d’avoir un coup de mou mais je n’abdique pas pour autant. Après la course, parfois je suis exténuée, parfois je suis bien. Mais, dans les deux cas de figure, je ressens du plaisir et une sensation de bien-être.

Malheureusement, je me suis blessée au genou droit (j’en parle dans cet article). J’ai donc arrêté la course à pied et me suis mise à la natation. Depuis un peu plus d’un an, j’ai un abonnement aquagym à la piscine de ma ville. L’aquagym est l’activité sportive pour tous par excellence. Grâce aux propriétés de l’eau, je ne risque aucun traumatisme au niveau des articulations. Ca me permet d’améliorer efficacement et en douceur mon tonus musculaire, ma souplesse et mon endurance. Dans les semaines à venir, je vais essayer d’inclure une séance de course en plus de ces séances d’aquagym. Je vous en dirai des nouvelles 🙂

Voilà les filles, comment je suis parvenue à perdre un peu plus de 10 kilos en un an : 80 % alimentation, 20 % sport.